Avenir des trottinettes à Lyon

Avenir des trottinettes à Lyon

Paris va enlever certaines trottinettes des trottoirs, Lyon négocie

Les trottinettes en libre service comme celles de Lime ou Bird vivent-elles leurs derniers jours sur les trottoirs parisiens ? Selon l’AFP reprise par L’Obs, le conseil de Paris a voté plusieurs décisions ce lundi 19 novembre. La mairie va « verbaliser les usagers de trottinettes circulant sur les trottoirs« , mais aussi, « procéder à l’enlèvement des trottinettes posées sur les trottoirs« . Des places de stationnement pour ces deux roues vont être créées dans la capitale. Du côté de Lime, on évoque « un enlèvement au cas par cas, et uniquement pour les trottinettes électriques qui gêneraient de manière manifeste la circulation des piétons« , tout en ajoutant dans un communiqué : « c’est avec enthousiasme que Lime accueille les nouvelles mesures votées par le Conseil de Paris ce lundi 19 novembre et qui font suite aux 7 points présentés par la Mairie le 5 novembre. En effet, le succès des services de trottinettes électriques partagées est indéniable et Lime n’a eu de cesse d’exprimer son soutien quant à la mise en place d’une régulation adaptée qui permettrait de pérenniser ce secteur. » En parallèle, qu’en est-il à Lyon ?

15 trottinettes confisquées 

Contacté par Lyon Capitale, Jean-Yves Sécheresse, adjoint délégué à la sécurité à la ville de Lyon, préfère mettre en avant le dialogue et les négociations réalisés avec le seul acteur présent en ville : Lime. « La première semaine après leur arrivée, on avait confisqué une quinzaine de trottinettes mal garées avant de les rendre à Lime en leur expliquant que ce genre de pratique n’était pas accepté« , confie l’adjoint qui a rencontré récemment un représentant de Lime à Lyon.

« Je préfère qu’on les accueille et qu’on discute plutôt qu’on leur tape dessus. On a mis en place un système d’échange permanent pour qu’ils puissent nous fournir des données comme l’utilisation ou la casse« , poursuit-il. Des discussions ont également eu lieu sur la possibilité d’organiser une manifestation « où Lime distribuerait une centaine de casques pliables à des utilisateurs pour les sensibiliser sur les questions de la sécurité », explique Jean-Yves Sécheresse. Paris envisagerait de demander une redevance pour l’occupation des sols, Lyon pourrait-il faire pareil ? « On attend la loi d’orientation sur les mobilités (LOM). Quand elle arrivera, on verra ce qu’on fait« , avance l’élu. On imagine mal la ville de Lyon continuer d’offrir son espace public à des nouveaux services de mobilité, sans imposer des devoirs et une forme de redevance pour l’occupation de l’espace public. La loi LOM devrait entrer en vigueur en 2019.